Follow Us:       
 

Francophone Symposium

Rendez-vous 2012 présente :

La santé des francophones… de l’apprentissage par le service à la recherche : De la perspective mondiale à la perspective régionale

Des intervenants communautaires et des délégués de partout au monde examinent la santé des francophones

Le mercredi 10 octobre à Thunder Bay, l’EMNO a accueilli au quatrième Symposium francophone des intervenants communautaires et des délégués à Rendez-Vous 2012 qui s’intéressent à la santé des francophones. Les participants ont examiné des pratiques exemplaires actuelles et l’incidence du service, de l’éducation et de la recherche sur l’état de santé des francophones du Nord de l’Ontario et du
monde.

Ce symposium interactif comportait des travaux de groupe et des discussions en petits groupes ponctués de conversations individuelles. « En fin de compte, il est à espérer que les participants emporteront des idées pour améliorer les activités des communautés et des organisations qu’ils représentent, qu’elles soient du Nord de l’Ontario ou d’ailleurs » a déclaré le Dr Roger Strasser, doyen de l’EMNO.

Community Stakeholders and Conference Delegates from Around the World Consider Francophone Health

On Wednesday, October 10, NOSM welcomed community stakeholders and Rendez-Vous 2012 conference delegates with an interest in Francophone health to the School’s fourth Francophone

Symposium, held in Thunder Bay.  This one-day event encouraged participants to examine current best practices and the resulting impact of service, education, and research on the health status of Francophones in Northern Ontario and around the world.

Throughout this interactive symposium, participants were engaged in group work, individual conversations, and small group discussions. “Ultimately, it is hoped that participants were able to take away ideas to enhance the communities and organizations they represent, whether in Northern Ontario or beyond,” said Dr. Roger Strasser, NOSM Dean.

 

 

 

 

La perspective du commissaire aux services en français sur le rôle unique de l’EMNO

Lors du Symposium francophone, Mme Jacqueline Gauthier, présidente du Groupe consultatif francophone de l’EMNO, a présenté Me François Boileau, commissaire aux services en français de l’Ontario, comme « un francophone pour les francophones », il a été le modérateur des panels de discussion. Suite au symposium, Me Boileau a rédigé le billet suivant dans son « Blogue du commissaire » et nous a donné la permission de le reproduire.

Le blogue du commissaire

Me François Boileau

« Je me trouvais hier à Thunder Bay dans le cadre du symposium international Rendez-vous 2012 dans lequel s’insérait également le Symposium francophone 2012 de l’École de médecine du Nord de l’Ontario (EMNO). Bien que je n’aie jamais refusé une invitation de l’EMNO, j’ai toujours été relativement hésitant à participer pleinement à ses événements de peur que la présence du commissaire ne serve de caution à cette université qui n’offre pas de cours en médecine en français dans le Nord. Eh bien plus maintenant.

D’abord, la qualité des conférenciers internationaux et nationaux (plus de 43 pays participants et près de 850 délégués dont 110 pour le Symposium francophone) rappelle le rôle particulièrement unique de l’EMNO en tant qu’institution de formation qui respecte les valeurs de l’imputabilité sociale. Les panélistes étaient présents pour rappeler, entre autres, que la communauté, y compris la communauté francophone, participe activement à tous les niveaux de gouvernance, y compris le développement du curriculum. Il s’agit d’une université où on forme non seulement des futurs professionnels de la santé, mais aussi des agents de changements.

Ce qui est également encourageant et motivant, c’est de voir la progression constante et positive de l’acceptation non seulement du fait français, mais également de la culture francophone, particulièrement dans le Nord, et son influence sur les questions de santé. Voilà qui est rafraîchissant! Par exemple, la société des apprenants (les étudiants!) ont accepté de mettre sur pied un groupe d’intérêt sur les services cliniques en français. Ce n’est pas rien, même si cela ressemble à la politique des petits pas que nous avons tant connue en Ontario français. En effet, comme 23 % des étudiants sont francophones, il existe une prise de conscience comme quoi les étudiants ont un rôle important à jouer, y compris et surtout lorsque l’intérêt du patient – et ultimement de la communauté francophone – est en jeu.

Il y a eu d’intéressants échanges de points de vue sur le rôle accru que pourrait jouer l’EMNO, d’autres organisations dans le domaine de la santé ainsi que la communauté même, dans ses diverses facettes. J’ai bien hâte de connaître les suivis à ce Symposium. Beaucoup de pain sur la planche pour l’EMNO, mais j’ai confiance de voir le Groupe consultatif francophone et de la collectivité inciter la gouvernance de l’EMNO à prendre les décisions qu’elle doit prendre pour le bien de l’ensemble de la communauté francophone du Nord, et pas seulement de Sudbury, Hearst ou Thunder Bay. »

Me François Boileau mène actuellement son troisième mandat à titre de commissaire aux services en français de l’Ontario.

French Language Services Commissioner’s Take on the Unique Role of NOSM

Introduced at the Francophone Symposium by Jacqueline Gauthier, Chair of NOSM’s Francophone Reference Group, as “A Francophone for Francophones,” Mr. François Boileau, Ontario’s French Language Services Commissioner, acted as moderator. After attending the symposium, Mr. Boileau wrote the following in his “Commissioner’s Blog,” which he has allowed NOSM to reprint.

The Commissioner’s Blog

Francophone Symposium Participants

“Yesterday, I was in Thunder Bay to take part in the Rendez-vous 2012 International Symposium. The Northern Ontario School of Medicine’s (NOSM) 2012 Francophone Symposium was incorporated into this event. Although I have never declined any invitation from NOSM, I have always been relatively hesitant to fully take part in its events as I was concerned that the Commissioner’s attendance could be considered as a tacit approval for this university not to offer any medicine courses in French in Northern Ontario. Well, not anymore.

Firstly, the excellence of international and national attendees (close to 850 delegates from over 43 countries including 110 representatives who attended the Francophone Symposium) reiterates the very unique role of NOSM as a training institute that respects social accountability values. The panelists in attendance reminded everyone that the community, including the Francophone community, actively takes part in all levels of governance, including the development of the curriculum. NOSM is a school where not only we train future health professionals but also agents of change.

What is also highly inspiring and motivating is to see the constant and positive progression of the acceptation of not only the French fact but also the Francophone culture, particularly in Northern Ontario, and its influence on the questions relating to health. Quite refreshing! For instance, the learners’ society (the students!) accepted to create a group of interest on clinical services in French. This is quite something, even though it seems similar to the policy of small steps that we have known for a long time in Ontario’s Francophonie. Indeed, as 23% of students are Francophones, there is more and more awareness as to the important role that they play, especially when the interests of the patient and the Francophone community are at stake.

There have been interesting discussions on the increasing role that NOSM, other institutions in the health sector and the community could play at various levels. I can’t wait to know the follow-ups to this Symposium. There is more work to be done for NOSM but I am confident that the Francophone and Community Advisory Panel will encourage NOSM’s governance to take the decisions it must take to promote the well-being of the Northern Ontario’s Francophone community as a whole, and not only in Sudbury, Hearst or Thunder Bay.”

Mr. François Boileau is currently pursuing his third mandate as the French Language Services Commissioner of Ontario.